Habitat léger – tuto : « une domiciliation, ça ne se refuse pas! »

AVRIL 2022
Cette vidéo didactique prétend (non sans humour) permettre au plus grand nombre de bien comprendre les contenus juridiques et administratifs lié à l'inscription aux registres de la population et, peut-être, de s'en emparer.

L’habitat léger est une forme alternative d’habiter qui attire de plus en plus de personnes. Fort de son succès et d’un travail de fond mené pendant des années par des associations, l’habitat léger est enfin reconnu officiellement, depuis mai 2019, en Wallonie. Une avancée importante.  

Trois associations d’éducation permanente (le Réseau Brabançon pour le Droit au Logement, Habitat et Participation et les Équipes Populaires Brabant Wallon) se sont lancées dans un projet de vulgarisation et d’information destiné à permettre l’appropriation collective de l’habitat léger et des cadres légaux qui le régissent. Un partenariat nait alors avec notre asbl TDM pour concevoir des vidéos « outils pratiques et critiques » sur diverses thématiques liées à l’habitat léger. L’objectif est double : aider tout un chacun à s’approprier les notions et dispositions liées à l’habitat léger et mettre les personnes intéressées en capacité d’agir en les outillant. 

Après une première vidéo tutorielle consacrée à la réalisation de son permis d’urbanisme, cette seconde vidéo aborde la difficulté de se « faire domicilier » dans certaines communes. C’est un sujet récurrent qui n’affecte d’ailleurs pas que les habitant·e·s du léger. Or, c’est une formalité très importante pour accéder à des droits administratifs de base comme, par exemple, la mutuelle ou les revenus de remplacement. 

Cette nouvelle vidéo, intitulée « Une domiciliation, ça ne se refuse pas ! » est présentée par Vincent Letellier, avocat et chargé de cours à l’ULB, et Simon Cabane, habitant léger. Elle prétend permettre au plus grand nombre de bien comprendre les contenus juridiques et administratifs liés à l’inscription aux registres de la population et, peut-être, de s’en emparer. 

Une troisième vidéo devrait voir le jour dans les prochains mois. Elle sera, cette fois, consacrée au décret du 2 mai 2019, moins dans son contenu juridique que dans la démarche collaborative unique qu’il sous-tend.